to the top
 

Bienvenue du Président de la SSOT

Chères Consœurs, chers Confrères,
chers participants

Le médecin du 19ème siècle avait un rôle de figure tutélaire, comme le prêtre ou l’instituteur, dispensant  ses soins à des patients soumis à son autorité. La deuxième moitié  du 20ème siècle a vu se naître une approche moins paternaliste dans la relation médecin-malade. Le thème de l’ empowerment du patient s’est développé au tournant du 21ème siècle, en parallèle avec le devoir d’information sur les effets positifs ou indésirables des traitements et le droit à l’autodétermination, sous la forme de directives anticipées du patient.

« Sur pied d’égalité », que nous avons choisi comme thème du Congrès de la SSPP, rappelle que les traitements psychiatriques et psychothérapeutiques ne doivent pas se fonder sur l’inégalité entre celui qui sait et celui qui ne sait pas. Ils relèvent de la cocréation entre un patient pleinement informé et libre de ses choix et un médecin soucieux de respecter et de promouvoir son autonomie.

« Sur pied d’égalité » décrit aussi l’esprit de collaboration indispensable entre les soignants de diverses disciplines à l’œuvre dans le traitement des maladies psychiques. Le médecin n’est plus le seul chef d’orchestre et une prise de décision se fait de manière plus égalitaire et horizontale, sans oublier l’avis du patient.

« Sur pied d’égalité » est également le thème défendu par la SSPP en vue d’établir une répartition plus juste des moyens économiques consacrés aux traitements psychiatriques et psychothérapeutiques et à la prévention, qui restent le parent pauvre par rapport aux sommes investies en médecine somatique. La SSPP participe dans le cadre de l’European Psychiatric Association (EPA) à promouvoir cette égalité sous le titre de « Parity of Esteem ».

« Sur pied d’égalité » manifeste encore notre exigences face aux autorités politiques, administratives et aux assurances maladie. Le psychiatre psychothérapeute ne peut être réduit à un « inventeur  de nouveaux diagnostics », à un « avocat complaisant de son patient » ou un inconscient dilapidant sans compter l’argent des assurances sociales. Notre demande est d’être respectés pour notre contribution à la santé publique et de pouvoir défendre notre point de vue sur le plan politique.

Comme vous le voyez, ce thème est plein de facettes et nous nous réjouissons de vous accueillir à Bâle du 10 au 12 septembre 2014. Pour que notre Congrès soit un succès, il doit lui aussi être un acte de cocréation, avec la participations de tous « sur pied d’égalité » !

 

Dr.med. Pierre Vallon

 

 

Dr méd. Pierre Vallon    
Président de la SSPP