to the top
 

Orateurs

Présentations principales - Salle San Francisco

Présentation principale 1 – Jeudi 11/09/2014 – 09h00 – 10h00

Prof. Dr. med. Mathias Berger« Etat de l’art » de la psychothérapie : des écoles jusqu’à la psychothérapie modulaire en passant par les méthodes spécifiques à un trouble donné

Prof. Dr méd. Mathias Berger
Universitätsklinikum Freiburg i.B. (Allemagne)

Sommaire

Après plusieurs décennies où les grandes écoles de la psychanalyse et de la thérapie comportementale ont dominé les formations et les traitements psychothérapeutiques, se sont imposées ces dernières années de nouvelles formes de psychothérapies, basées sur les résultats d’études randomisées contrôlées, adaptées à des troubles spécifiques et ne se bornant pas aux limites des écoles traditionnelles. A noter en particulier la TIP et la CBASP pour les dépressions respectivement aiguës et chroniques ou la TCD pour les troubles borderline. Vu le grand nombre de pathologies et, surtout dans le domaine hospitalier, la fréquence des comorbidités, il est indispensable de développer des modules psychothérapeutiques pour les problèmes psychopathologiques décrits (p. ex. troubles du contrôle des impulsions, honte, blessures auto-infligées) afin d’ensuite disposer des informations de base nécessaires pour créer une psychothérapie largement basée sur des preuves mais tout de même individualisée.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Présentation principale 2 – Jeudi 11/09/2014 – 13h30 – 14h30

Prof. Dr. Philippe ConusPromouvoir le rétablissement dans la phase précoce des troubles psychotiques : une question de partenariats

Prof. Dr Philippe Conus
Clinique psychiatrique universitaire, Lausanne

Sommaire

Le traitement de la phase précoce des troubles psychotiques a été l’objet d’une considérable attention au cours des 20 dernières années, qui a conduit au développement de structures spécialisées dans la prise en charge de cette phase décisive de la maladie. L’expérience du travail dans de tels programmes confronte le psychiatre à de nombreux défis qu’il ne peut très souvent pas relever à lui tout seul ; la nécessité de l’établissement de divers partenariats s’impose alors rapidement. 

Premièrement, une relation de confiance avec ces jeunes patients ne peut pas s’établir dans le contexte d’un rapport asymétrique ; elle nécessite non seulement de la part du thérapeute qu’il se mette authentiquement à l’écoute du patient, qu’il explore sa vision du monde et sa façon de comprendre sa situation, mais également qu’il accepte les priorités telles que celui-ci les définit, s’il veut parvenir à renforcer l’engagement dans un processus de soin qui souvent les effraie. Deuxièmement, ce type de prise en charge demande une disponibilité et une flexibilité que le psychiatre ne peut assumer à lui seul ; il est donc nécessaire de travailler en équipe, avec des infirmiers, psychologues et assistants sociaux, le tout dans un climat de collaboration qui transcende les hiérarchies. Enfin, la période de vie que ces jeunes patients traversent implique une encore grande proximité avec la famille et la fréquente présence d’une problématique liée à l’émancipation ; il s’agit donc de travailler avec les autres membres de la famille, d’améliorer leur compréhension de la situation et de chercher à réparer des liens qui souvent ont souffert au cours des longs mois qui ont conduit à la première crise psychotique.

Dans cette conférence, ces éléments seront abordées dans le contexte de l’expérience accumulée au cours des 10 dernières années dans le programme TIPP (Traitement et Intervention dans la phase Précoce des troubles Psychotiques) du Département de psychiatrie du CHUV à Lausanne, où près de 450 patients ont reçu des soins depuis son lancement en 2004.

Français avec traduction simultanée en allemand

CV à télécharger

Présentation principale 3 – Jeudi 11/09/2014 – 16h30 – 17h30

Prof. Dr. Dr. Dr. h.c. mult. Florian HolsboerComment traiterons-nous l’anxiété et la dépression à l’avenir ?

Prof. Dr Dr Dr h.c. mult. Florian Holsboer,
Max-Planck-Institut pour la psychiatrie, Munich (Allemagne)

Sommaire

Les grandes avancées neuroscientifiques n’ont pour l’heure contribué que de façon très limitée à l’amélioration du traitement de l’anxiété et de la dépression. En effet, on doit la découverte des classes de médicaments les plus importantes pour ces pathologies non pas aux sciences fondamentales mais à la sérendipité, c.-à-d. à l’interprétation intelligente de différentes observations individuelles.

Parmi les obstacles essentiels obstruant la voie vers une « grande innovation » dans ce domaine, on compte :

  1. Les occasions manquées où l’on eût pu intégrer les processus de diagnostic de découvertes neuroscientifiques.
  2. Les réserves de l’industrie pharmaceutique à oser innover dans les traitements personnalisés ; celle-ci préfère, malgré des perspectives de réussite de plus en plus incertaines, continuer à attendre un succès purement commercial.
  3. Le manque de coopération efficace, dans de nombreux pays encore, entre la recherche académique, les entreprises industrielles et les assurances.

Au moyen de quelques exemples, il sera démontré à quel point les résultats de la recherche académique

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Présentation principale 4 – Vendredi 12/09/2014 – 09h00 – 10h00

Prof. Dr. Andreas PapassotiropoulosDéveloppement de nouveaux traitements médicamenteux psychiatriques basés sur le génome

Prof. Dr Andreas Papassotiropoulos
Universitäre Psychiatrische Kliniken und Fakultät für Psychologie Universität Basel

Sommaire

Depuis des décennies, l’on attend de nouvelles évolutions dans le domaine pharmacologique pour les maladies psychiatriques. Cette situation est notamment due à l’utilisation de constructions diagnostiques sujettes à caution et de modèles animaliers inappropriés. Lors de mon exposé, je présenterai des résultats actuels qui indiquent qu’il est temps d’emprunter de nouveaux chemins. L’utilisation d’information génomique associée au développement de nouvelles méthodes bio-informatiques et à l’évaluation de données provenant d’études de grande ampleur sur l’imagerie cérébrale a déjà fourni de nouvelles impulsions. En poursuivant cette voie, nous augmenterons nos chances de développer des médicaments de meilleure qualité et mieux ciblés.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Présentation principale 5 – Vendredi 12/09/2014 – 15h45 – 16h45

Prof. Dr. Giovanni Maio Comprendre d'après des schémas et des directives ? Réflexions sur les limites d’une psychothérapie industrialisée

Prof. Dr Giovanni Maio
Institut für Ethik und Geschichte der Medizin, Universität Freiburg i.B

Sommaire

Des informations complémentaires paraîtront prochainement Cet exposé a pour objectif de présenter la psychothérapie sous l’angle de l’éthique. Penser en catégories éthiques impose d’analyser de façon critique les mentalités et pensées qui dominent actuellement. A l’instar d’autres domaines de la société, la psychothérapie actuelle se retrouve à tel point soumise au diktat économique que sa mission intrinsèque, à savoir la prise en charge compréhensive de personnes souffrantes, menace de disparaître. Nous souhaitons exposer ces modifications de la psychothérapie. En effet, la tendance actuelle consiste à oublier bien vite, à des fins d’économies, que la psychothérapie est, par essence, liée à une rencontre ; cette rencontre n’est pas un procédé standardisé mais demande au contraire l’intervention d’un interlocuteur compréhensif qui reste attentif aux particularités de la vie. L’industrialisation de la psychothérapie propose certes des critères de qualité adaptés à l’industrie de production mais qui restent inapplicables dans le cadre de relations humaines.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Conférences - Salle San Francisco

Conférence 1 – Jeudi 11/09/2014 – 10h30 – 11h15

Prof. Dr. med. Jürg KesselringFondements de l’apprentissage : le cerveau flexible

Prof. Dr méd. Jürg Kesselring

Médecin-chef en neurologie et neuroréhabilitation
Cliniques de Valens

 

Sommaire

Tout au long de notre vie, de nouvelles liaisons sont créées dans notre cerveau entre quelque 100 milliards de cellules nerveuses ; toutefois, seules les liaisons qui sont réellement utilisées demeurent. Ceci est la base de l’apprentissage : la façon de gérer son environnement pour trouver des solutions aux problèmes du quotidien. Ces dernières années, les neurosciences se sont concentrées sur la recherche de la neuroplasticité, c.-à-d. l’adaptation des structures et des fonctions cérébrales face à des exigences modifiées dans l’environnement. En neuroréhabilitation, le traitement de patientes souffrant de pathologies cérébrales aiguës ou chroniques, des conclusions tirées de ces recherches et ces principes d’apprentissage sont mis en œuvre dans le quotidien pratique des patientes. L’observation des modifications auxquelles parviennent les patientes au cours du traitement permettent ensuite d’ouvrir de nouvelles perspectives sur les bases de l’apprentissage.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Conférence 2 – Jeudi 11/09/2014 – 11h15 – 12h00

PD. Dr. M. Axel WollmerToxine botulique en guise de traitement contre la dépression

PD. Dr M. Axel Wollmer
Asklepios Klinik Nord - Ochsenzoll, Hamburg 

Sommaire

L’injection de toxine botulique dans la zone de la glabelle est une nouvelle approche pour traiter la dépression. Les premiers résultats à ce sujet ont été publiés en 2006 sous forme d’une petite série de cas ouverte. Suite à la première étude randomisée et contrôlée avec cette méthode, nous avons pu montrer qu’un traitement avec une seule injection de toxine botulique pouvait entraîner rapidement une amélioration significative et durable de l’humeur de patients souffrant de dépression chronique ou qui résistaient jusqu’à présent à tout traitement. Entretemps, nos résultats ont été répliqués et élargis à l’occasion de deux autres études randomisées. Nous sommes en train de résumer les résultats de ces trois études dans le cadre d’une méta-analyse avec des données de patients individuels. L’effet antidépresseur du traitement repose probablement sur le fait que la paralysie des muscles de la mimique dans la zone de la glabelle (muscle corrugateur du sourcil et muscle procerus), lesquels expriment en cas de dépression avant tout des émotions négatives telles que l’anxiété ou la tristesse, entraîne une interruption des afférences proprioceptives générées par ces émotions entre le visage et le cerveau. Un élément qui appuie l’idée de ce rétro-mécanisme facial réside dans ce que, dans notre étude, lorsque le degré d’agitation psychomotrice était plus élevé, ce qui est souvent lié à des modèles typiques d’activation de la musculature de la glabelle (omega melancholicum et rides de Veraguth), la réponse au traitement était généralement meilleure.

Le traitement ne présente pour ainsi dire pas d’effets secondaires. Grâce à l’effet de longue durée obtenu avec une seule injection, on n’observe pas de problème d’adhésion au traitement. En outre, les coûts journaliers de traitement sont inférieurs à ceux d’un traitement antidépresseur moderne. Etant donné que la toxine botulique est autorisée pour le traitement de la ride de la glabelle, il est possible de pratiquer une telle injection conformément aux indications chez les patients atteints de dépression en espérant que cela aura des effets secondaires positifs sur l’humeur. Si des études futures confirment les résultats constants observés jusqu’à présent, l’injection de toxine botulique pourrait devenir une nouvelle option complémentaire au traitement de la dépression. Etant donné que la méthode n’affecte probablement pas directement la neurobiologie de la dépression mais qu’elle réduit plutôt de manière générale l’intensité avec laquelle les émotions négatives sont vécues et exprimées, on pourrait envisager un recours à cette technique pour plusieurs autres troubles psychiques où ces émotions sont présentes.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Conférence 3 – Vendredi 12/09/2014 – 10h30 – 11h15

Prof. Dr. med. Dr. phil. Andreas HeinzLa psychiatrie à l’heure de la Convention de l’ONU relative a  aux droits des personnes handicapées

Prof. Dr méd. Dr phil. Andreas Heinz
Klinik für Psychiatrie und Psychotherapie
Charité – Universitätsmedizin Berlin
Campus Charité-Mitte

Sommaire

La convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées exige l’intégration de toutes les personnes souffrant d’un handicap. Cette protection concerne également les patients souffrant de maladies psychiques de longue durée. Une prise en charge moderne de ces patients doit donc, d’une part, être centrée sur la personne, c.-à-d. axée sur ses intérêts et ses besoins individuels, en mettant à sa disposition les aides nécessaires dans son cadre de vie ; de l’autre, elle doit encourager la participation aux prises de décision concernant toutes les étapes thérapeutiques et réduire au maximum les mesures coercitives. S’agissant du traitement dans le cadre de vie des patients, il existe plusieurs projets modèles dont certains ont p. ex. permis, dans le cadre d’un traitement à domicile élargi, d’augmenter la satisfaction des patients et de limiter le nombre des mesures coercitives. En ce qui concerne le domaine hospitalier, l’ouverture des portes des services, y compris dans les services de soins aigus, et les discussions ouvertes au sujet de toutes les étapes de traitement entraînent également une diminution des mesures coercitives. Sur le plan de la réintégration professionnelle et des offres thérapeutiques pour familles, il reste encore beaucoup à faire. Le système de soins psychiatriques doit strictement suivre les prescriptions relatives aux droits humains contenues dans les lois en vigueur. Malheureusement, ce point n’est pas suffisamment pris en compte dans l’adaptation actuelle du système de remboursement en Allemagne.

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Conférence 4 – Vendredi 12/09/2014 – 11h15 – 12h00

Prof. Dr. med. Undine Lang Empowerment versus stigmatisation : où se situe la psychiatrie ?

Prof. Dr méd. Undine Lang
Universitäre Psychiatrische Kliniken Basel

Sommaire

Recovery (rétablissement) est le terme qui désigne le passage des limitations liées au rôle de patient à une vie autodéterminée. Ce processus peut être accompagné par des directives anticipées, des accords de traitement, des explications et une participation à toutes sortes de décisions, notamment thérapeutiques. La construction de la résilience, c.-à-d. l’acquisition des forces de résistance, d’adaptation constructive, des énergies qui doivent être mobilisées pour préserver les personnes de la résignation et de la stigmatisation, est un passage essentiel dans le processus de guérison. Des traitements plus individualisés, une politique d’accueil plus personnalisée, moins de contraintes, davantage de possibilités psychothérapeutiques, des offres plus spécialisées et différenciées : la psychiatrie clinique peut-elle s’engager de façon constante en faveur de l’émancipation du rôle de patient ?

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger

Conférence 5 – Vendredi 12/09/2014 – 13h30 – 14h15

Jocelyn Lachance, PhdLa société hypermoderne : de l’autonomie à l’excès ?

Jocelyn Lachance, Phd
Université de Pau/Université de Strasbourg

Sommaire

A l’ère de l’accélération sociale, nous avons parfois l’intuition que nous sommes entrée dans une nouvelle ère : au-delà de l’omniprésence récente des technologies de l’image, de l’information et de la communication, les sociologues parlent depuis déjà plusieurs années de l’émergence d’une nouvelle société, dite hypermoderne. Nouveau rapport au corps, nouveau rapport à soi et à l’autre, mais aussi au temps et à l’espace ; l’individu contemporain revendiquerait de plus en plus son autonomie sous le mode de la maîtrise au risque de s’y inscrire sous le signe de l’excès. Il s’agit d’analyser ensemble l’émergence et la multiplication de cet individu cherchant à se prouver en s’éprouvant, repoussant sans cesse ses limites, questionnant au passage la définition même du pathologique.

Français traduction simultanée en allemand

CV à télécharger

Conférence 6 – Fr, 12. September 2014 –  14h15 – 15h00

Prof. Dr. Christian HaringLa relation institutionnalisée : comment l’institution influence-t-elle la relation thérapeutique en psychiatrie

Prof. Dr Christian Haring
Abteilung für Psychiatrie und Psychotherapie B, Landeskrankenhaus in Tirol, Autriche

Sommaire

Les institutions et leurs collaborateurs, qui s’occupent de patients atteints de troubles psychiatriques, sont durablement confrontés à des souffrances aiguës. Les personnes souffrant de troubles psychotiques ou borderline, de dépression, qui sont gravement suicidaires, etc. sont encadrées et traitées de façon intensive dans un espace extrêmement réduit. Les réactions individuelles inconscientes et l’impact sur l’équipe thérapeutique doivent être abordés lors de la supervision. Au-delà de la seule équipe, ce contact avec des patients psychiques gravement malades affecte l’institution dans son ensemble ; dans son organisation, des moments inconscients de résistance deviennent plus visibles et servent à limiter l’impact de réactions émotionnelles oppressantes. La question « What is pain at work » (qu’est-ce que la douleur au travail ?) a vocation à rendre ces moments oppressants visibles et à permettre d’analyser les mécanismes institutionnels de résistance à l’anxiété (technique de conseil organisationnel, Tavistok Clinics, Londres, Anton Obholzer). Par ailleurs, outre la relation personnelle et thérapeutique qui existe entre les patients et les collaborateurs de l’institution, on peut également identifier une relation institutionnelle et l’objet de cet exposé consiste précisément à prendre conscience de cette relation et à débattre des problèmes qui en résultent. Pourquoi les soins psychiatriques dans une région donnée ont-ils été organisés de telle manière et pas autrement ? Quel rôle joue mon unité dans ce système ? La prise en charge est-elle continue ou discontinue et quel rôle occupe sur ce point l’aspect d’une relation institutionnalisée ?

Allemand avec traduction simultanée en français

CV à télécharger